Incendies criminels : un pompier confondu par ses collègues

Un sapeur-pompier volontaire âgé de 19 ans a été mis en examen et écroué à Epinal, dans les Vosges. Il est soupçonné d’avoir allumé au moins sept incendies sur des véhicules ou des immeubles, avant d’alerter ses collègues, selon une information délivrée par nos confrères de Vosges Matin et de l’AFP.

Devant les enquêteurs, le jeune pompier a partiellement reconnu les faits. Au moins six des sept incendies allumés entre le 17 avril et le 16 août dernier. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer.

Des collègues dans le doute

D’après l’AFP, le volontaire a été confondu par d’autres pompiers, tous interpellés par le fait que celui-ci se trouvait à chaque fois dans les environs des multiples départs de feu. En ce qui concerne le dernier sinistre qu’il nie avoir commis, il s’agirait de son propre appartement, où il résidait avec sa mère. Celui-ci a été entièrement détruit par les flammes. Il n’est d’ailleurs intervenu sur aucun des incendies qu’il est soupçonné d’avoir allumé.

« Le 11 août, le chef de centre a alerté les policiers. En interne, nous avons analysé l’ensemble de ces feux. Après notre intervention du 16 août à son domicile, il n’y avait plus de doute. Le 17 au matin, nous avons remis l’ensemble de nos documents aux services de police », témoigne le directeur du Sdis 88 à nos confrères de Vosges Matin.

Déféré et présenté à une juge d’instruction

Interpellé et placé en garde à vue, le jeune pompier a été déféré au parquet, puis présenté à une juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « dégradation volontaire ou destruction par incendie ».

Le délégué du procureur a requis la détention provisoire, « de façon à faire toute la lumière sur l’incendie du 16 août », puisque celui-ci conteste être l’auteur de cet incendie. « Il y a trop de contradictions dans sa déclaration et dans ce que peuvent dire d’autres témoins. Et le vrai sujet est le risque de récidive », précise le délégué du procureur à nos confrères. Il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Epinal.